Autoportraits d’une descente dans la maladie d’Alzheimer

Quand il a appris en 1995 qu’il souffrait de la maladie d’Alzheimer, William Utermohlen, un artiste américain à Londres, a decidé de faire un série d’autoportraits chaque année: les peintures révèlent crûment la descente de l’artiste dans la démence, comment son monde commence à basculer.

son but était de tenter de mettre un visage sur sa condition

Les autoportraits de M. Utermöhlen ont été exposés un peu partout dans le monde en lien avec  l’Association Alzheimer.

petit à petit les détails ont fondu et il y a des problèmes dans les perspectives, on se rapproche de l’impressionnisme abstrait

alzheimer1

Sa femme et ses médecins ont dit qu’il semblait au courant de temps en temps que des défauts techniques s’étaient glissées dans son travail, mais il ne pouvait pas comprendre comment les corriger.

« Le sens de l’espace glissait, et je pense qu’il savait, » a déclaré sa femme. Un psychanalyste a écrit que les peintures représentées tristesse, l’anxiété, la résignation et le sentiment de faiblesse et de honte.

Le Dr Bruce Miller,  neurologue à l’ Université de Californie , San Francisco, qui étudie la création artistique chez les personnes souffrant de maladies du cerveau, a déclaré :« la maladie d’Alzheimer affecte le lobe pariétal droit en particulier, ce qui est important pour visualiser quelque chose à l’intérieur, puis de le mettre sur une toile»,  « L’art devient plus abstrait, les images sont plus flou et vague, plus surréaliste. Parfois, il ya l’utilisation de la belle, la couleur subtile « .

Au bout de 5 ans (à  73 ans) M. Utermohlen a été placé dans une maison de soins infirmiers et n’a plus peint .

voici son oeuvre douce/amère qui l’a fait passer à la postérité : ses tableaux  nous font partager son terrible sentiment d’isolement progressif. Cependant, la création artistique pour ce peintre est aussi une tentative d’auto-guérison.

 

 

La descente dans l’Alzheimer :

1/ un autoportrait de William Utermöhlen datant de 1967

alzheimer2

 

2/ à la découverte de la maladie en 1995

alzheimer3

 

3/ en 1996

alzheimer4

alzheimer5

 

3/ en 1997

Alors que William avait une technique précise, presque scientifique d’après sa femme, son style s’altère et se rapproche de l’expressionnisme abstrait . Petit à petit, les lignes se tordent, les aplats de couleurs se font plus crus et le visage peint se déforme.

alzheimer6

alzheimer7

 

4/ en 1998

alzheimer8

 

5/ en 1999

alzheimer9

 

en 2000

alzheimer91

l’une des dernières qu’il ait peinte. L’artiste se résigne face à l’adversité imparable de la maladie.

par la suite il fut placé en établissement et n’a plus peint

Il décéda en 2007, mais pour sa femme c’est en 2000 que se situe sa « mort artistique » car à partir de cette période il ne pu plus peindre.

——

 

pour remonter un peu le temps , voici une copie d’écran que j’ai trouvé sur le web et qui concerne son tableau « blue-sky » peint juste au moment de la découverte de sa maladie

alzheimer92

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *